Moustique-tigre

Moustiques tigres : agissons ensemble pour réduire les nuisances

Préambule : « Un moustique, ça sert à quoi ??! »

La France ne compte pas moins de 65 espèces de moustiques. D’écologie variable en fonction des espèces, ces insectes ont tous pour point commun, comme tout être vivant, d’occuper tour à tour le rôle de prédateurs mais aussi de proies, contribuant ainsi à l’équilibre de l’écosystème naturel.

Tout d’abord, les larves se nourrissent de phytoplancton, débris végétaux et bactéries (jusqu’à 2 L d’eau filtrée par jour) et participent ainsi à la bio-épuration des eaux. Larves et nymphes vont ensuite servir de nourriture à d’autres organismes aquatiques : insectes (larves de libellules, coléoptères…), crustacés, poissons ou batraciens. Enfin à leur tour, les adultes nourriront les oiseaux, libellules, araignées et chauves-souris. 

Ainsi, dans un habitat naturel (mare, étang, …) , une densité importante de moustiques ne peut être le fruit que d’un déséquilibre tel qu’une pollution conduisant par exemple à une eau riche en bactéries et/ou encore à l’absence ou la disparition de prédateurs naturels.

Le saviez-vous ?

Les moustiques adultes (mâles ET femelles) se nourrissent de liquide sucré (nectar de fleurs). C’est donc un pollinisateur nocturne non négligeable au même titre que d’autres insectes à la réputation moins négative. A noter que le sang prélevé par la femelle n’est qu’un apport complémentaire pour la maturation des œufs… 

larve de moustique
Grenouille

Un moustique venu d’ailleurs : le moustique tigre

Originaire d’Asie du Sud-Est, le Moustique tigre (Aedes albopictus) s’est installé en France métropolitaine en 2004 à la faveur de l’augmentation du commerce international et en particulier du commerce de pneus usagés mais également du réchauffement climatique. Depuis, son aire de répartition n’a cessé d’augmenter. Chaque année, l’espèce colonise de nouvelles communes grâce notamment aux transports passifs (véhicules individuels ou collectifs).

moustique-tigre

Cycle de vie et habitats du moustique tigre

Comme tous les moustiques, le Moustique tigre vit une phase aquatique (larve) puis une phase aérienne (adulte).

À l’approche de l’hiver (quand les jours raccourcissent), la femelle gravide, pond ses œufs sur la partie sèche qui jouxte une surface d’eau et ceci dans toutes sortes de réceptacles : vases, fûts d’eau de pluie, pneus usagés, pièges à sable des bouches d’égouts, creux d’arbres en eau, etc. La mise en eau de ces gîtes larvaires par la pluie au printemps suivant permet le développement des larves et, après quelques jours seulement, l’émergence des adultes.  

Apprendre à reconnaître le Moustique tigre

sur ce lien

ATTENTION… une mare, un lac, une zone humide naturelle n’est pas une zone favorable pour le Moustique tigre !

Trop sensible à la présence de prédateurs naturels, le Moustique tigre est sous représenté dans les zones humides naturelles. Les gîtes de reproduction de l’espèce sont de microdimension, toujours en milieu urbain ou périurbain et donc, en grande partie, fabriqués par l’Homme au sein des domiciles privés (seaux, vases, soucoupes, fûts et citernes, écoulements de gouttières, pneus, boîtes de conserve et tout petit réceptacle d’eaux pluviales ou domestiques à découvert).

Cycle de vie des moustiques tigres

Mais pourquoi le Moustique tigre nous dérange-t-il plus que ces cousins locaux ?

Bien plus petit que des cousins (à peine 5mm), son vol est plus lent et quasi silencieux. Il est donc plus difficile à détecter.

 Contrairement aux moustiques classiques qui piquent davantage le soir et la nuit et dorment dans la journée, le moustique tigre, lui, pique principalement le matin et le soir. 

 Son vol, près du sol, le conduit à effectuer ses piqûres en dessous d’1m, soit majoritairement au niveau des jambes.

 NB : Si le moustique tigre est également appelé moustique du chikungunya ou moustique de la dengue, c’est parce la piqûre de moustique tigre peut transmettre ces deux virus à l’homme. Toutefois la transmission n’est possible que s’il a préalablement piqué une personne infectée par le virus. Si le moustique n’a pas préalablement piqué une personne malade, il ne peut donc pas transmettre ces virus.

Alors comment agir pour se prémunir des nuisances occasionnées par le Moustique tigre ?

 

Hors contexte sanitaire, une lutte préventive peut être mise en place pour réguler la densité de moustiques tigre. Cette lutte vise avant tout à réduire les populations de moustiques « à la source », en ciblant leurs lieux de développement : les gîtes larvaires. Les méthodes sont nombreuses mais seule une lutte intégrée (association de différentes méthodes) permettra d’obtenir le meilleur résultat. Il s’agit d’une lutte « de fond » dans laquelle chacun a un rôle à jouer. Elle implique la collaboration de nombreux acteurs dont les citoyens.

La moitié du succès, c’est avec vous !

Hors contexte sanitaire, une lutte préventive peut être mise en place pour réguler la densité de moustiques tigre. Cette lutte vise avant tout à réduire les populations de moustiques « à la source », en ciblant leurs lieux de développement : les gîtes larvaires. Les méthodes sont nombreuses mais seule une lutte intégrée (association de différentes méthodes) permettra d’obtenir le meilleur résultat. Il s’agit d’une lutte « de fond » dans laquelle chacun a un rôle à jouer. Elle implique la collaboration de nombreux acteurs dont les citoyens.

"

Téléchargement

 Dépliant des bons gestes
 

"

Téléchargement

Check list pour lutter contre le moustique tigre
 

Et ensuite ?
 

Au niveau de la municipalité, la commission municipale Environnement et la commission extra municipale Transition Ecologique souhaitent engager cette année l’élaboration d’une stratégie de lutte intégrée et préventive à Mons. 

Celle-ci s’articulera autour d’actions telles que le diagnostic des espaces publics mais également la sensibilisation des monsois aux gestes préventifs à travers l’organisation de conférences, formations et l’accompagnement d’initiatives citoyennes comme la création d’une « Brigade du Tigre ». 

 

Pour en savoir plus sur le Moustique Tigre et les bonnes pratiques à adopter pour limiter les nuisances, vous pouvez consulter le site internet très bien documenté de l’Entente Interdépartementale de Démoustication Médierrannée : http://www.moustiquetigre.org/